Chirurgie et anatomie du sein

Le principe des 3 étapes

Le principe d’analyse du sein en 3 étapes a été développé pour aider à la description et au traitement des déformations complexes du sein chez la femme. Il divise la poitrine en 3 parties anatomiques simples : l'empreinte mammaire, le cône glandulaire et l'enveloppe cutanée.

L'application du principe des 3 étapes simplifie considérablement la planification et la prise en charge chirurgicale.

 

(1) L’empreinte

L'empreinte représente le contour de la base du sein sur la paroi thoracique et constitue l'interface entre la face postérieure du sein et la cage thoracique. Elle représente les fondations de la structure tridimensionnelle sus-jacente qu’est le sein (fig. 1).

L'empreinte peut être facilement observée à la fin d'une mastectomie, lorsque la peau recouvrant le sein est rétractée, exposant ainsi les muscles grand dentelé et pectoral.

Fig. 1: taille et position typiques de l'empreinte du sein sur la paroi thoracique en vue frontale (a), sagittale debout (b) et axiale en décubitus dorsal (c).

 

(2) Le cône

Le cône correspond à la forme tridimensionnelle, c’est le volume et la projection du sein. Il est normalement formé par la glande mammaire et se trouve en avant de l'empreinte du sein (fig. 2).

Chaque cône a un volume spécifique et sa composition est différente d’une femme à l’autre. La base du cône équivaut ou est légèrement plus petite que l’empreinte du sein.

En position debout, le contour la paroi thoracique évolue graduellement pour donner la partie supérieure et médiale du sein. La région sous-claviculaire est généralement plate voire légèrement concave.

Au niveau latéral et inférieur du sein, la transition entre le thorax et le sein est plus nette, elle peut même atteindre 180 ° au bord inférieur des seins hypertrophiques ou sévèrement ptotiques.

De manière générale, le cône est bien plein dans sa partie inféro-latérale, il atteint sa projection maximale au niveau de la plaque aréolo-mamelonnaire juste latéralement à  la ligne médio-claviculaire et il présente un degré variable de ptose.

Fig. 2 :  taille et position typiques de l'empreinte (bleu) et du cône (jaune) du sein sur la paroi thoracique en vue frontale (a) sagittale (b) et en décubitus dorsal (c).

 

(3) l’enveloppe cutanée

L'enveloppe cutanée correspond à la peau recouvrant le sein, associée à la graisse sous-cutanée  (fig. 3). Normalement, l'enveloppe cutanée joue le rôle d’un soutien-gorge bien ajusté, tenant le cône en position et favorisant la projection.

L'interface entre l'enveloppe cutanée et le cône peut jouer un rôle important dans la forme du sein. Les cicatrices résultant de la chirurgie ou de la radiothérapie peuvent rendre l'enveloppe plus étroite, alors que l’étirement du ligament de Cooper ou de la couche superficielle du fascia superficiel peut entraîner son relâchement.

Fig. 3: taille et position typiques de l'empreinte (bleu), du cône (jaune) et de l’enveloppe cutanée (orange ) du sein sur la paroi thoracique en vue frontale (a), sagittale (b), et en décubitus dorsal (c).

 

La plaque aréolo-mamelonnaire (PAM) fait également partie  de l'enveloppe cutanée. Elle contribue à l'esthétique générale du sein, en mettant en évidence le point de projection antéro-postérieur maximal,  le long de la ligne médio-claviculaire ou légèrement latéralement à cette dernière (fig. 4).

Une aréole attrayante est pigmentée, de forme conique et est en continuité avec le contour naturel de l'enveloppe cutanée du sein. Le mamelon fait saillie depuis le centre de l'aréole.

La pigmentation de la plaque aréolo-mamelonnaire et les dimensions du mamelon sont sujettes à des variations importantes, et son appréciation esthétique dépend des goûts personnels de chacun.

Fig. 4: La plaque aréolo-mamelonnaire (PAM) se trouve au point de projection antéro-postérieur maximal du sein, c’est à dire le long de la ligne médio-claviculaire ou légèrement latéralement à celle-ci.

 

La forme finale de la poitrine n’est pas déterminée de façon indépendante par l’empreinte, le cône ou l’enveloppe cutanée. C’est l’interaction de ces 3 éléments qui contribue à la conservation d’un sein d’apparence naturelle et agréable au cours du temps.

 


Références

  • Shaping the breast in aesthetic and reconstructive breast surgery: an easy three-step principle.

Blondeel PN, Hijjawi J, Depypere H, Roche N, Van Landuyt K. Plast Reconstr Surg. 2009 Feb;123(2):455-62.

  • Shaping the breast in aesthetic and reconstructive breast surgery: an easy three-step principle. Part II–Breast reconstruction after total mastectomy.

Blondeel PN, Hijjawi J, Depypere H, Roche N, Van Landuyt K. Plast Reconstr Surg. 2009 Mar;123(3):794-805.

  • Shaping the breast in aesthetic and reconstructive breast surgery: an easy three-step principle. Part III–reconstruction following breast conservative treatment.

Blondeel PN, Hijjawi J, Depypere H, Roche N, Van Landuyt K. Plast Reconstr Surg. 2009 Jul;124(1):28-38.

  • Discussion. Shaping the breast in aesthetic and reconstructive breast surgery: an easy three-step principle. Part III–reconstruction following breast conservative treatment.

Nahabedian MY. Plast Reconstr Surg. 2009 Jul;124(1):39-40.

  • Discussion. Shaping the breast in aesthetic and reconstructive breast surgery: an easy three-step principle. Part III–reconstruction following breast conservative treatment.

Hammond DC. Plast Reconstr Surg. 2009 Jul;124(1):41-2.

  • Discussion. Shaping the breast in aesthetic and reconstructive breast surgery: an easy three-step principle. Part IV–aesthetic breast surgery.

Hammond DC. Plast Reconstr Surg. 2009 Aug;124(2):385-6.

  • Shaping the breast in aesthetic and reconstructive breast surgery: an easy three-step principle. Part IV–aesthetic breast surgery.

Blondeel PN, Hijjawi J, Depypere H, Roche N, Van Landuyt K. Plast Reconstr Surg. 2009 Aug;124(2):372-82.

  • Discussion. Shaping the breast in aesthetic and reconstructive breast surgery: an easy three-step principle. Part IV–aesthetic breast surgery.

Nahabedian MY. Plast Reconstr Surg. 2009 Aug;124(2):383-4.